Articles

  • Le chemin vers soi


    Il y a un an j'ai pris l'une des plus dure des décisions de ma vie, celle de laisser ce que j'avais créé avec le cœur, l'harmonie et la passion.

    Je suis partie en vous disant cela https://bit.ly/3witi3e

    Et puis au fil du temps, je me suis rendue compte que la boug'attitude était un véritable besoin.
    J'en parlais ici : https://www.marionmusso.com/blog/vivante-dans-le-mouvement.html

    Le chemin vers soi est certainement le plus dur des chemins, mais le plus sûr, car c'est celui qui amène chaque personne vers son joyaux intérieur, le plus précieux des trésors,
    celui que je perçois au delà des apparences.

    et ça illumine ma vie dans cette essence.

    Alors encore une fois, j'ai simplement envie de dire : Merci.

    Parce que le chemin vers soi est infini.

  • Tout quitter pour se retrouver

    Tout quitter n'est pas chose aisée.

    Tout quitter c'est sortir d'un confort, souvent matériel ou émotionnel.

    Et c'est savoir aussi utiliser ses ailes.

    Tout quitter c'est savoir affronter la critique, la peur du jugement, la peur de l'inconnu

    Et c'est avoir la certitude que le meilleur est à venir.

    Tout quitter c'est dur.

    Tout quitter c'est oser se libérer de la dépendance.

    Tout quitter c'est aimer ses erreurs en en faire d'utiles leçons.

    Tout quitter c'est choisir d'être capable de se réaliser.

    Tout quitter c'est souvent se libérer du sentiment de ne pas être assez, de se libérer des doutes, d'arrêter de chercher l'excellence.

    De se libérer des peurs, de se libérer des reproches des autres.

    Tout quitter c'est parfois enfin rattraper le temps perdu et retrouver l'énergie.

    Et se retrouver enfin avec soi-même.

    Tout quitter nécessite souvent de se libérer de :

    - la peur de faire

    - la peur de mal faire

    - la peur de la réactions des autres

    - la peur de lâcher ses responsabilités

    - la peur d'échouer

    - la peur de réussir

    - la peur de manquer de respect

    - la peur de procrastiner et d'être désorganisé-e

    - la peur de laisser ce qu'on a mis des années a créer

    - la peur de choisir et de se choisir

    - la culpabilité

    Et pourtant tout quitter peut permettre :

    - la liberté

    - la légèreté

    - l'indépendance et l'autonomie

    - le saut vers son être profond

    - le lâcher prise et avoir confiance en l'avenir

    - la réussite (selon ses critères de réussite et de succès)

    - un entourage choisi et bienveillant

    Avec la foi profonde que "tout est réalisable si on s'en donne les moyens"

    Parce que la liberté mentale n'a pas de prix

    Parce que la liberté d'un corps allégé n'a pas de prix

    Parce que l'équilibre psychique et physique n'a pas de prix

    Parce que la joie du cœur n'a pas de prix

    Parce que ne plus se faire du soucis pour les autres n'a pas de prix

    Parce que l'indépendance n'a pas de prix

    Parce que l'acception de soi et le respect de soi n'a pas de prix

    Parce que se délivrer et se pardonner n'a pas de prix

    Pour se donner enfin le droit d'exister et de s'aimer pour de vrai.

    De mon point de vue, je ne peux qu'encourager à tout quitter

    quand le cœur vous dit d'y aller.

  • Amour d'âme

    Quand deux êtres se rencontrent et qu'ils sont fait l'un pour l'autre, alors rien ne peut les empêcher de s'aimer

    L'amour chien, amour d'un rien

    Le fil de l'amour brille toujours

    De prés ou de loin, l'amour atteint

    Je crois à l'amour

    Les cœurs tendres se retrouvent

    Unis, dans la vibration, unis dans leur mission

    Amour éternel, amour avec de grandes ailes

    Unis pour la vie

  • Comment les 4 éléments m’ont guidée

    Les éléments m’ont portée, les éléments m’ont guidée.

    ÉLÉMENT EAU

    Le premier qui m’a bercée pour me reconnecter à mon corps est l'élément eau.

    Comme une reconnexion à mon état originel, dans les eaux maternelles.

    Déchirée par la perte de mon grand frère, je cherchais un moyen de me ressourcer et de renaître, loin des formatages conventionnels que la médecine allopathique nous propose.

    J'ai alors pris la ferme décision de reprendre mon corps et mon esprit en charge, et de renouer avec mon cœur.

    C'était il y a 10 ans.

    J'ai découvert qu'un autre monde existait, celui de l'écoute réelle des besoins de l'Homme à travers les méthodes douces, naturelles et efficaces. J'ai alors plongé dans la découverte de moi-même par l'écoute du corps, la libération des stress émotionnel et dans la compréhension aussi de mondes invisibles que j'ignorais.

    En parallèle, sans le sport je n'aurai sûrement pas réussi à détacher délibérément mon mental, mes peurs et mes angoisses.

    Le kayak en eaux vives à cette période m'a permis :

    - de me laisser porter par l'eau

    - de reprendre du plaisir, notamment aux contacts des vagues agitées

    - d'apprendre à rester centrer dans mon assise et dans mon esprit

    - d'affronter les peurs, d'analyser, appréhender les obstacles et de prendre des décisions

    - de faire confiance aux expérimentés et de me laisser guider

    - d'être entourée par les amoureux de la nature

    - de rire, beaucoup

    L'élément eau a remis mon corps en action et m'a permis de rester en contact avec les profondeurs, de regarder les parts d'ombres en restant à la surface.

    Merci l'eau.

    ÉLÉMENT TERRE

    Puis j'ai renoué avec mon sport familier, celui de l'escalade.

    Je me suis forcée de regarder la falaise comme une alliée, plutôt qu'un danger.

    Au contact de la roche, toujours dans la peur de chuter, qui m'a valu simplement un pied cassé.

    La perte de repère, le manque d'équilibre, l'instabilité, la privation de liberté, le manque de mouvement, l'incapacité de bouger m'a permis d'aller chercher encore dans mes désespoir les plus profonds.

    Accepter de s'arrêter, accepter la réalité, accepter de se régénérer et de cicatriser ses blessures.

    Dur labeur.

    J'ai appris à refuser d'abandonner et à puiser à l'intérieur de moi pour dépasser les situations inconfortables intérieures ou extérieures.

    A gravir la montagne.

    Que la montagne est belle.

    Merci la Terre.

    ELEMENT FEU

    Puis le temps a passé, sur mon chemin je me suis en partie brûlée les ailes : des choix déraisonnés, des erreurs, des prises de risques, des échecs et parfois des réussites. Mais la folle envie d'avancer et de créer ma propre activité, de ranimer le feu sacré vers mes envies les plus intenses.

    Notamment celle d'apprendre à m'aimer, d'oser exister et de me (re) trouver.

    Je suis allée vers l'inconnu, pourtant la peur au ventre, mais c'était la seule voie pour que mon feu devienne flambeau plutôt que fléau.

    J'ai vu la peur de briller, j'ai vu la peur d'étouffer ou d'être étouffée.

    Et comme la majorité des peurs, elle sont surmontables et souvent un leurre.

    Alors j'ai continué, continué... en me promettant de jamais arrêter.

    L'entreprenariat m'a portée et m'a ouvert une porte vers la liberté.

    Dans l'acception de ma soif de bouger.

    Dans la reconnexion à mon être intérieur. Animée par la danse du feu et la passion d'aider.

    merci le feu.

    ELÉMENT AIR

    C'est alors que j'ai redécouvert l'élément qui m'enivre, celui qui me pousse à sortir de mes schémas connus.

    Il est invisible, imprévisible, rapide, libre, léger, puissant, prend de la hauteur et permet d'aller loin.

    C'est la voile qui m'a ramenée à l'air.

    Je me suis reconnectée à mon rêve d'enfant, réalisé à 17 ans : la folle envie de voler, en solo.

    L'air m'a appris à :

    - me laisser emporter

    - maîtriser mes gestes

    - me positionner et tempérer

    - décoller de terre pour atteindre le ciel

    - oser m'élever en voyant large et grand

    - observer la beauté naturelles

    - chercher et trouver ma place

    - m'autoriser à sortir des chemins

    - baigner et me réjouir dans l'univers du ciel

    Merci l'air.

    Telle l'âme d'une grenouille volante qui joue avec les 4 éléments.

    Equilibrée et vivante entre l'eau, l'air et la terre.

    Le feu comme moteur dans son cœur, lui rappelant son existence et la force d'avancer.

    La flamme en soi, reliée par l'amour.

  • La puissance du rêve

    Croire à notre union est loin d'une chimère

    Croire à notre union est inscrit dans ma chair

    Illusion, sublimation ?

    Réalité invisible ou rêve tangible?

    Croire en ses rêves les plus fous

    Malgré les remous

    L'unité avec soi-même

    pour qu'un jour on sème

    Se laisser porter par la vie

    simplement en se disant oui

    La même vision, la même ambition

    les mêmes convictions

    et les plus folles créations

    Courage et désinvolture

    pour l'aventure avec nos progénitures

    Alliance et persistance

    pour une vie avec aisance

    Entourés par les siens

    de près ou de loin

    Le chemin est là

    Le chemin est sous nos pas

    Crois-en toi

    Un jour on y sera.

  • La foi en l'Humanité

    Je vois les Hommes prêts à garder le cap et garder la foi

    Je vois les Hommes qui, malgré le chaos, continuent d'avancer

    Je vois les Hommes qui comprennent leur histoire pour comprendre leur trajectoire

    Je vois les Hommes qui sont amoureux de la Nature, qui la respectent et s'en inspirent

    Je vois les Hommes qui malgré les doutes, les peurs, l'envie d'abandonner expriment leur voix

    Je vois des Hommes qui aiment profondément l'Homme

    Je vois des Hommes qui remettent en cause des discours destructeurs du vivant

    Je vois des Hommes qui défendent la Terre

    Je vois des Hommes qui désobéissent quand leurs convictions sont atteintes

    Je vois des Hommes qui se rassemblent, qui s'assemblent et qui s'aiment

    Je vois des Hommes prêts à proposer des solutions concretes

    Je vois dans les yeux, des gens heureux, qui gardent les pieds sur terre, la tête haute

    Dans la foi pour l'Humanité.

    Dans le reconnexion profonde à leurs tripes pour faire jaillir les lois universelles,

    celle de la Nature.

    Merci.

    Je vois tellement de beauté quand je vous vois.

  • Adieu les maîtres

    Les maîtres sont sensés être là pour t'aider à grandir et t'enseigner leurs savoirs.

    Ils ont le rôle de tuteurs et permettent normalement d'acquérir un esprit ouvert et la capacité de réfléchir et d'agir par soi-même.

    En sommes devenir autonome.

    Là est le vis.

    Je crois qu'un maître garde son statut de maître à partir du moment où sont enseignement est uniquement basé sur un rapport de maître à élève, c'est à dire : une relation de subordination sournoise et remplie d'intéret personnel.

    Un maître t’appellera toujours "élève".

    Même si tu grandis dans ton esprit.

    Même si tu es adulte.

    Un maître aime garder le pouvoir sur son disciple.

    Les maîtres ils m'ont toujours détestaient parce que je sortais du rang.

    Certains maîtres aiment faire des statistiques et des comparaisons entre leurs élèves.

    Ainsi ils apprennent la compétition dans son clan.

    Diviser pour mieux régner.

    Ça marche à coup sûr.

    Le maître peut parfois se déguiser et emprunter le statut d'enseignant, un euphémisme qui passe toujours.

    Certains disent t'éduquer.

    Éduquer, ça formate, ça forme des automates.

    On te fais croire que grâce à leur enseignement tu vas "réussir" et même que grâce à leur diplôme tu vas avoir un métier ou des clients.

    Je glisse un grand LOL.

    Mais le pire dans l'histoire je ne sais pas si c'est les maîtres ou les élèves.

    Les élèves appliquent et veulent simplement se faire aimer de leur maître. Ils pensent que le maître à toujours raison, parce qu'il a le statut de maître.

    Il fait confiance mais il oublie que la naïveté le guette.

    L'élève ne sort jamais des sentiers battus et reste dans le cadre pour respecter la norme.

    Sûrement une blessure non résolue ou simplement un signe d'asservissement volontaire.

    Je pense que le maître coupe la créativité et l'émancipation de l'individu qu'il a en face de lui.

    Si le maître aime vraiment son élève alors il doit accepter un jour son départ, souvent perçu comme une infidélité.

    Un maitre a alors des difficultés à accepter de voir l'elève partir vers d'autres horizons.

    D'ailleurs il dit souvent MON élève.

    Il aime bien tout rapporter à lui et dira que si tu réussis c'est grâce à lui.

    ----

    Cher maître je ne te dois rien

    Cher maître je prends ma liberté

    Cher maître si tu m'aimes laisse moi partir en paix

    Cher maître je refuse le role de femme-sandwich à ton effigie

    Chers maître j'emmerde tes diplômes, ton titre et ton rang

    Cher maître, sache que je n'ai jamais était fidèle au maître.

    ALORS.... ADIEU LES MAÎTRES

  • La radicalité expliquée

    - La radicalité expliquée -

    La radicalité, de son origine, est relative à la racine, à l’essence de quelque chose.

    Ce mot que j'ai récemment employé a heurté.

    Et ça me plaît.

    Parce que les heurté sont partis.

    Le principe de la radicalité : faire du tri naturellement.

    Je crois que nous n'avons plus de temps à perdre.

    Je crois qu'il n'est plus l'heure de parler mais d'agir.

    Oui, je suis radicale, parce que j'ai tendance à m'engager cœur et âme et que mon fonctionnement est plutôt de type "tout ou rien". D'un frein j'en ai fait mon tremplin.

    La recherche d'équilibre et de souplesse reste bien évidement un point central dans ma vie.

    Cependant, j'ai constaté que j'avais uniquement réussi à dépasser mes propres obstacles grâce à mes prises de positions radicales et mes actions radicales.

    Je dirai même plus : la radicalité m'a sauvée.

    Prenons des exemples courants :

    - comment vouloir régénérer des intestins inflammés sans revoir radicalement son alimentation et revisiter une bonne fois pour toutes ses émotions cristallisées ?

    - comment espérer une vie paisible, sereine et légère sans guérir radicalement ses traumas et notamment ses blessures d'enfance?

    - comment espérer un système sociétal juste et respectueux de l'environnement sans revoir radicalement son propre système de fonctionnement interne individuel?

    - comment s'entourer de personnes nourricières sans bannir par ailleurs les personnes toxiques?

    Pour rappel aussi : nous avions été confiné radicalement, et cela a radicalement modifier l’économie et l'écologie.

    Une évolution négative pour l'une, positive pour l'autre.

    La radicalité permet de trancher, d'aller revisiter. De provoquer de profonds changements. Simplement.

    J'ai remarqué que la peur du conflit (interne ou externe) empêche d'accéder à la radicalité.

    Dans l'urgence, il n'y a que la radicalité qui fonctionne selon moi.

    La radicalité est comme l'argent, le sexe, les armes, le pouvoir ou le feu : tout dépend de comment on l'utilise et pourquoi.

    Selon ma vision.

    La radicalité peut être bonne si on l'utilise intelligemment et si elle est au service de l'humanité.